Grotte de l’Annonciation

Grotta

Comme dans tous les autres sanctuaires de mémoire chrétienne érigées en Terre Sainte, la Grotte de Nazareth désigne elle aussi l’endroit exact, le « Hic », où se déroulèrent les événements de l’Évangile : en effet, ici, la Vierge Marie entendit les paroles de l’Annonciation ; c’est ici qu’elle prononça le fiat ; c’est ici que la Parole se fit chair ; c’est ici que la pureté et la virginité s’unirent à la maternité, tout en restant intactes.

La Grotte de l’Annonciation s’ouvre comme un petit sanctuaire, lieu de l’Annonciation que l’Ange Gabriel fit à Marie. Pour rejoindre le niveau de la Grotte sacrée et de la petite grotte qui se trouve à côté, il faut descendre les sept marches de l’escalier est et traverser la Chapelle de l’Ange, vers l’escalier permettant de remonter ; ces deux escaliers correspondent aux entrées construites à l’époque des Croisés et qui devaient ressembler à ceux conduisant encore aujourd’hui à l’intérieur de la grotte de Bethléem.
La Grotte vénérée a fait l’objet de nombreuses évolutions au fil du temps afin d’assurer les visites du Lieu et les célébrations du culte. Aujourd’hui, elle ressemble à une petite chapelle rocheuse composée de roche naturelle et de maçonnerie.

L’extérieur présente déjà deux éléments d’une importance fondamentale en ce qu’ils attestent de l’appartenance du lieu à l’ancien village. Il s’agit de deux grands silos, datant de l’époque de Jésus et de la période suivante. Ces silos, des cavités dont ont été conservés quelques éléments, se trouvent à droite et à gauche de la porte permettant d’accéder à la Grotte, avec la balustrade en fer battu. De plus, au-dessus de la Grotte et le long des flancs, il est possible de reconnaître des piliers croisés qui soutenaient les arcades de la grande église.

En entrant dans la Grotte, il est possible d’admirer les restes de la roche naturelle qui formait autrefois la grotte ainsi que les sections de maçonnerie en partie reconstruites dans une pierre blanche lumineuse. Le plafond, qui a subi autrefois plusieurs modifications visant à conférer à la grotte l’apparence d’une chapelle, présente une forme légèrement arrondie. À l’époque des Croisés, la Grotte fut isolée et resculptée de l’extérieur de sorte à pouvoir être insérée dans le nouvel édifice sacré ; de même, une partie de la voûte, probablement écroulée, a été remplacée par des maçonneries mises sur place par les Croisés. Récemment, des trous ont été réalisés afin d’assurer l’aération de la pièce qui souffre d’importantes dégradations en raison du taux d’humidité élevé présent à l’intérieur.

Pour soutenir le pilier que les Croisés construisirent au-dessus de la grotte, il fut nécessaire d’insérer trois colonnes : deux placées à gauche, à l’extérieur du nouveau mur de la Grotte et une autre colonne fendue et suspendue, placée à l’intérieur. Parmi les colonnes se trouvant à l’extérieur, la plus grande fut appelée par les pèlerins du Moyen-âge « colonne de l’Ange » tandis que la colonne fissurée, présente à l’intérieur était appelée « colonne de la Vierge » dont l’emplacement était considéré se trouver à l’endroit exact sur lequel s’assit Marie lors de l’Annonciation. La colonne, qui sort du toit de la grotte, fut brisée sous le règne des Ottomans car ces derniers pensaient qu’elle abritait un trésor.

L’autel principal sur lequel on peut lire l’inscription « Verbum caro hic factum est », la Parole qui s’est incarnée « ICI », appartient au sanctuaire franciscain construit en 1730.

En entrant par la droite, on observe une petite abside réalisée pour terminer l’un des cinq autels se trouvant à l’intérieur de la Grotte et de la Chapelle de l’Ange jusqu’à la moitié du siècle dernier. L’abside fut à maintes reprises recouverte d’enduits et les pèlerins y laissèrent des graffitis qui, en raison d’importantes dégradations des murs, ont malheureusement disparu.

L’espace situé au nord, placé davantage à l’intérieur de la grotte, est en forme d’hémicycle et a abrité pendant de nombreux siècles un autel dédié à Saint Joseph. Il contient aujourd’hui une colonne soutenant le tabernacle.

Derrière l’autel de l’Annonciation, un petit escalier creusé dans le mur permet de rejoindre une grotte mieux connue sous le nom de « cuisine de Marie ».


Grotte de l’Annonciation