Épiphane de Salamine

Panarion adversus omnes haereses (315-403)

La toute première description d’une église à Nazareth nous est donnée par Épiphane, évêque de Salamine, qui rappelle le projet du compte Joseph de Tibériade, un Juif baptisé au temps de Constantin : celui-ci avait le projet de construire une église dans le village de Nazareth. L’évêque raconte avoir été reçu en 355 à Scythopolis, l’actuelle Beït Shéan, dans la villa du Comte Joseph de Tibériade et d’avoir appris de ce dernier comment le christianisme avait été officiellement diffusé en Galilée, jusqu’alors bastion juif.
Après avoir lu le Nouveau Testament et après avoir discuté avec certains évêques, Joseph, « apôtre » du Patriarche Juda Hanassi, décida d’adhérer au christianisme. Fier d’être l’ami de l’Empereur Constantin qui lui avait concédé la valeur de « comes », il demanda à celui-ci d’obtenir par écrit l’autorisation de pouvoir édifier des églises en Galilée, et notamment à Tibériade, Diocésarée (Sepphoris), Nazareth, Cana et Capharnaüm.
L’empereur lui accorda non seulement l’autorisation mais ordonna également au fisc de fournir à ce dernier tous les moyens nécessaires. D’après le témoignage d’Épiphane, malgré les réactions violentes de la communauté juive, le Compte Joseph réussit à inaugurer des églises à Tibériade, Diocésarée ainsi que dans d’autres villes. Pour ce qui est de Nazareth, la ville figure parmi la liste des églises que le Compte Joseph avait l’intention de construire, bien que sa construction ne soit pas mentionnée. Mais l’on suppose qu’il ait réussi à mener à bien les travaux.
Épiphane souligne la présence en Galilée de petites communautés chrétiennes. À tel égard, il récupéra les textes d’Hégésippe datant du deuxième siècle et de Sextus Julius Africanus, mentionnant les premiers chrétiens présents en Galilée, d’humbles paysans appelés à répondre de leur descendance de la famille de Jésus devant l’empereur Domitien (81-96 ap. J-C) et lors de la persécution ordonnée par Dèce (249-251 ap. J-C). Lors des persécutions ordonnées par Dèce, fut martyrisé en Phrygie un certain Conon, lequel, déclara devant le tribunal : « Je suis originaire de la ville de Nazareth en Galilée, j’appartiens à la descendance du Christ dont j’ai hérité du culte par mes ancêtres ».

« Le bon empereur (Constantin) nomma (Joseph) Compte et ajouta que ce dernier pouvait lui demandait tout ce qu’il désirait. Et tout ce qu’il demanda fut de recevoir cet immense cadeau de la part de l’empereur, concrétisé par un édit impérial, et consistant à édifier des églises en l’honneur du Christ dans les villes et les villages des Juifs. En effet, ici, personne n’avait jamais pensé à construire des églises en ce qu’il n’y avait aucun grec, aucun samaritain ni aucun chrétien. En effet, il existe cette (règle) selon laquelle aucune autre personne d’une race différente ne devait être présente. Et cela fut particulièrement le cas à Tibériade, Diocesarée également appelée Sepphoris, Nazareth et Capharnaüm… À Tibériade, il construisit uniquement une petite église dans l’Adrianeion, tandis qu’à Diocesarée et dans d’autres villes, il parvint à conduire à bon port ses constructions »


Traduction française non officielle à partir de l’ouvrage : Donato Baldi, Enchiridion Locorum Sanctorum, Jerusalem 1935, pagg. 2-3