L’Abbé Daniel

Itinéraires russes en Orient, Vie et Pèlerinage de Daniel, Hégoumène Russe (1106-1107)

La nouvelle église croisée, aux dimensions importantes et construite en 1106, a été visitée par l’hégoumène Daniel qui effectua son pèlerinage en Terre Sainte, accompagné de huit autres hommes guidés par un moine Palestinien : nous ne connaissons pas la date exacte de ce voyage mais elle est à situer au XIIème siècle. Comme de nombreux autres pèlerins, Daniel concrétisa son désir de voir et « toucher les Lieux Saints » ainsi que les « signes de la présence divine ». C’est pour cette raison que son journal de voyage accorde une attention particulière aux détails géographiques ainsi qu’aux événements. Même s’il estimait que les églises orientales constituaient les véritables gardiennes des Lieux Saints et de l’orthodoxie, le pèlerin ne négligea point le haut patronage des croisés et ne manqua pas de louer les nombreuses reconstructions d’églises et monastères qu’ils effectuèrent.
Le récit de Daniel constitue le témoignage le plus complet des textes laissés par les pèlerins médiévaux, en visite à Nazareth. En ce qui concerne la grotte vénérée, celui-ci la décrivit comme étant particulièrement profonde, située le long de la nef nord, au-dessous du niveau du sol de l’église et présentant deux petites entrées. Si l’on s’en tient au témoignage de Daniel, la vénération de ce lieu ne commémorait pas seulement l’Annonciation mais également l’endroit où Marie éleva Jésus ainsi que l’endroit où Joseph fut enterré.

« Une grande et haute église s’élevait au milieu du village. En entrant, on aperçoit à gauche, face à un petit autel, une grotte petite, profonde, dotée de deux petites portes, l’une placée à l’est et l’autre à l’ouest, permettant de descendre jusqu’à la grotte.
En entrant par la porte occidentale placée à droite, on voit une petite cellule dont l’entrée est exiguë : il s’agit du lieu à l’intérieur duquel la Sainte Vierge vivait aux côtés du Christ. Celui-ci fut élevé dans la petite cellule sacrée contenant le lit sur lequel se reposait Jésus. Cette pièce est tellement basse que l’on a l’impression qu’elle se trouve au niveau du sol.
En entrant dans cette grotte par la porte occidentale, se trouve à gauche la tombe de Saint Joseph, le fiancé de Marie, enterré par les mains sacrées du Christ. Sur le mur situé à proximité de la tombe, s’écoule une eau blanche ressemblant à de l’huile sainte, et qui est utilisée pour la guérison de certaines maladies.
À l’intérieur de cette grotte, au niveau de la porte occidentale, se trouve l’endroit où la Sainte Vierge était assisse (à côté de la porte) et filait la pourpre, à savoir le fil écarlate, lorsque l’Archange Gabriel, l’envoyé de Dieu se présenta à elle. L’Ange apparut devant ses yeux, non loin de l’endroit où s’était assise la Sainte Vierge.
Six mètres, c’est la distance qui sépare la porte du lieu d’apparition de Gabriel ; à cet endroit, avait était érigé, sur une colonne, un petit autel rond réalisé dans du marbre et sur lequel était célébrée la liturgie. L’emplacement de cette grotte correspondait à la Maison de Saint Joseph et c’est dans cette maison que tout se produisit. Au-dessus de cette grotte, se dresse une église consacrée à l’Annonciation »

Traduction non officielle à partir de l’ouvrage : Daniil Egumeno, Itinerario in Terra Santa. Introduzione, traduzione e note a cura di M. Garzaniti, Roma 1991
Pour consulter la traduction officielle, se référer à l’ouvrage : B. de Khitrowo, Itinéraires russes en Orient, Vie et Pèlerinage de Daniel, Hégoumène Russe, Impr. J.-G. Fick, 1885