François Quaresme

Elucidatio Terrae Sanctae (1634-1639)

Après que l’émir Fakhr ad-Din ait donné le Sanctuaire aux franciscains, le Custode Obicini nomma le père Jacques de Vendôme pour adapter au mieux les pauvres structures de Nazareth. Les travaux réalisés pour la nouvelle chapelle furent inaugurés en 1632.
Le franciscain François Quaresme, qui réalisa un travail de grande ampleur sur les Lieux Saints en 1626, avant la construction de la nouvelle église, resta pendant plusieurs mois à Nazareth, s’intéressant aux nombreuses traditions et ruines croisées encore visibles. Sa description des lieux fait preuve d’une réelle valeur ajoutée : l’œil d’un observateur cultivé et attentif.

« Cette église est presque entièrement détruite, sauf pour le mur septentrional, auquel était annexé le palais épiscopal et actuellement restauré, constituant la maison des frères de Saint François. Lors du nettoyage du lieu saint, après avoir retiré une grosse quantité de terre, on découvrit le sol en plaques de marbres de forme carrée, dont les bases et fondations des colonnes et des éléments de celles-ci étaient similaires aux deux colonnes mentionnées précédemment. L’observation de ces dernières et du mur survivant indiquèrent qu’il s’agissait autrefois de l’église. Elle était orientée de l’ouest vers l’est et possédait deux rangées de colonnes. La grotte sacrée et le sacellum de l’Annonciation se trouvaient à gauche de l’entrée de l’église, à savoir à gauche de la nef nord à laquelle on accédait par six marches d’escalier. À cette partie, avaient été annexées des habitations qui sont aujourd’hui partiellement restaurées de sorte à ce qu’il soit possible, depuis la partie nord, de descendre jusqu’à la maison en empruntant un escalier réalisé récemment. (L’église) était assez longue et présentait en sa partie occidentale un clocher dont quelques éléments ont été conservés. Tout le reste a été démoli et éliminé, mais les fragments présents sur place, à savoir les ruines et fondations, nous indiquent qu’il devait très certainement s’agir d’édifices d’une grande beauté ».

ÉGLISE DE SAINT-JOSEPH

« Il s’agit d’un endroit que les habitants considèrent depuis de nombreux siècles comme étant la maison et l’atelier de Joseph, appelé en arabe « ducan » et dont la traduction en latin « chania » (« atelier ») s’éloigne du sens premier. Il s’agit d’une maison de campagne comme les autres où était autrefois édifié une magnifique église dédiée à Saint Joseph, plus grande que l’église mineure et plus petite que l’église plus grande de l’Annonciation, mesurant environ 120 pieds de long et 50 pieds de large. Au sommet, à l’est, se dressaient trois chapelles dont la construction avait été magnifiquement travaillée, comme en témoignent les ruines. ».

Traduction française non officielle à partir de l’ouvrage : F. Quaresmio, Historica theologica et moralis Terrae Sanctae elucidatio, II, Antwerpen 1639; Elucidatio Terrae Sanctae, a cura di S. De Sandoli, Jerusalem 1989