L'anciénne Nazareth

Le nom « Nazareth » apparaît pour la première fois dans les évangiles synoptiques (l’Évangile selon Saint Marc, qui est le plus ancien, aurait été écrit immédiatement avant ou après 70 ap. J-C) mais ne figure pas dans la liste des villes de la tribu de Zabulon mentionnée dans le livre de Josué (19,10-15). Le petit village n’est même pas mentionné par Flavius Josèphe, commandant des rebelles de la Galilée avant la première révolte contre Rome (66-74 av. J-C).

En 1962, des fouilles réalisées au sein de la synagogue de Césarée Maritime ont mis en lumière un fragment d’inscription , de forme carrée et rédigée en hébreu. Le texte retrouvé liste le nom des familles de prêtres dont celle d’Happizzez, résident de Nazareth : l’épigraphe témoigne donc de l’existence d’un village à partir du IIème siècle ap. J-C.
Les évangiles nous livrent deux informations ponctuelles sur le village : Nazareth était suffisamment peuplée pour construire une synagogue, là où Jésus, un certain samedi (le « shabbat » entra et après avoir déroulé le papyrus, lut et commenta la prophétie qui le concerna (Lc 4, 16-27). L’autre information topographique nous est donnée par Luc qui rappelle l’escarpement de montagne situé à proximité du village, l’endroit où la foule, remplie de colère, voulait précipiter Jésus à la fin de son discours messianique tenu dans la synagogue (Lc 4, 28-30).

La première mention extra-évangélique mais indirecte de Nazareth est présente dans certaines sources juives datant de la fin du Ier siècle ap. J-C, évoquant la communauté judéo-chrétienne qui croyait en « Jeshua‘ Hannozrî » (Jésus de Nazareth), les « nozrím » – habitants de Nazareth qui, avec les « miním » (hérétiques) furent inclus dans la douzième prière « Shemonè Esrè », glose prononcée lors du « synode de Jamnia-Javneh ».

L’archéologie offre toutefois un autre témoignage. Les fouilles ont permis de délimiter l’espace qu’occupait autrefois le village : l’urbanisation médiévale et moderne intègre ce dernier à l’intérieur de l’immense Nazareth actuelle. L’ancien village s’étendait du nord au sud, sur la ligne de faîte de la colline abritant aujourd’hui la basilique de l’Annonciation, le couvent franciscain et l’église de Saint-Joseph. Les vestiges archéologiques datent la première forme de fréquentation de cette zone à l’âge du Bronze moyen (2000-1550 av. J-C).

Les fouilles réalisées au siècle dernier par les pères franciscains dans la zone des sanctuaires ont permis de découvrir les restes d’un village à vocation agricole ayant appartenu à l’âge du Fer (900-600 av. J-C), qui s’est peu à peu organisé en de simples habitations construites autour de grottes destinées aux travaux domestiques et servant d’abri pour les animaux. C’est dans cet environnement d’une extrême simplicité que Joseph et Marie vécurent leur existence, là où Jésus vécut son enfance.

Nazareth n’était pas très loin de Sepphoris, capitale administrative et commerciale de la Galilée qui, entre le 10ème et le 20ème siècle ap. J-C, fut reconstruite sur ordre du tétrarque Hérode Antipas. Les historiens n’excluent pas l’hypothèse selon laquelle les habitants de Nazareth auraient participé activement à ce projet.

Les fouilles laissent supposer que, dès le premier siècle de l’ère chrétienne, un groupe de juifs commençait à témoigner de leur foi en Dieu, parmi lesquels on retrouve les parents de Jésus, mentionnés à plusieurs reprises par Hégésippe (IIème siècle), Sextus Julius Africanus (v. 250) et Eusèbe de Césarée (IVème siècle). Les textes évoquent Judas avec les fils Joses et Jacques. Mais il est très probable que le Diacre Conon en faisait également partie : martyrisé en Asie Mineure lors du règne de Dèce (249-251 ap. J-C), il affirma en effet au tribunal être originaire de Nazareth de Galilée et être le descendant direct de la famille du Seigneur.

Au cours du troisième siècle, Eusèbe de Césarée affirme dans son « Onomasticon », une liste de noms de lieux bibliques, rapidement traduite en latin et achevée par Saint Jérôme, que le village de « Nazareth » qui donna le nom de « nazaréens » aux premiers chrétiens, se trouve en Galilée, à 15 km de Legio, anciennement connue sous le nom de Meghiddo, et proche du mont Tabor.

L’Histoire de Nazareth
Époque byzantine
Époque des Croisades
Les Mamelouks
L’empire Ottoman
Le siècle dernier