Époque des Croisades

Crusader capitale

En 1099, après l’établissement du royaume de Jérusalem par les Croisés, Tancrède de Hauteville fut nommé prince de Galilée et prit immédiatement à cœur le projet de reconstruction des églises rappelant les mémoires des évangiles, et notamment celles situées à Nazareth, à Tibériade et sur le mont Tabor, comme l’écrivit Guillaume de Tyr, l’historien contemporain des Croisés.

Le pèlerin anglo-saxon Sewulf, qui se rendit à Nazareth en 1102, parle d’un village en ruines mais également d’un monastère situé à l’endroit de la Basilique de l’Annonciation, qu’il considéra particulièrement beau. En l’espace de quelques années, Nazareth devint un siège épiscopal ; en 1109-1100, il devint le siège épiscopal de Scythopolis et la Basilique de l’Annonciation, située à côté de ce monastère, fut somptueusement reconstruite et enrichie de nombreux objets.

Les comptes-rendus des pèlerins médiévaux mentionnent l’existence de nombreux autres lieux saints pourvus d’églises et de chapelles : l’église Saint-Joseph, la chapelle Saint-Zacharie, la Fontaine de Marie à proximité de l’église de Saint-Gabriel, la Synagogue et le mont du Précipice.

Aux environs de Nazareth, les croisés érigèrent l’église dédiée à Saint Joachim et Sainte Anne à proximité de Sepphoris, ville abritant la maison des parents de Marie selon les apocryphes. Par ailleurs, au sommet de la colline dominant l’ancienne ville, fut construite une forteresse, veillant sur la plaine sous-jacente de Zébulon. De même, sur le mont Tabor, le mont dominant l’ensemble de la Vallée d’Esdrelon, ils construisirent une forteresse abritant la Basilique de la Transfiguration ainsi qu’un monastère attenant.

Le tremblement de terre qui affecta durement la Syrie en 1170 n’a pas épargné la Palestine et engendra destructions et désordres qui facilitèrent les attaques de la part des Sarrasins contre les Croisés. Le village de Nazareth fut l’un des lieux pris d’assaut par les Sarrasins. Pour venir en aide aux Croisés, le Pape Alexandre III enjoignit les fidèles français d’augmenter les donations en faveur de l’église de Nazareth.

La première série d’actions des croisés prit fin avec la défaite sur les Cornes de Hattin le 4 juillet 1187 : cet événement fut suivi par la prise de Nazareth par les troupes de Saladin qui engendra la mort des chrétiens qui s’étaient réfugiés à l’intérieur de la Basilique fortifiée. Raul de Coggeshall, qui visita la Terre Sainte au cours de ces malheureuses années, décrivit les profanations que « les fils de Sodome » perpétrèrent dans les nombreux lieux saints. Le traité de paix signé avec les Musulmans en 1192 conféra aux chrétiens le contrôle de la Basilique de l’Annonciation. Ainsi, les pèlerins continuèrent d’affluer vers ce lieu de culte jusqu’à la rupture du traité intervenue en 1211 suite à l’intervention du sultan Malik al-‘Adil.

La deuxième période de croisades commença en 1229, avec l’accord décennal signé entre l’empereur Frédéric II et le sultan Malik al Kamil, qui concéda aux chrétiens la ville de Nazareth ainsi que celles de Jérusalem et de Bethléem. Au cours de cette période, les pèlerinages reprirent et la Grotte de l’Annonciation fut également visitée par le roi de France Ludovic IX, qui participa à la Messe Sainte du 24 mars 1251.

L’Histoire de Nazareth
L’ancienne Nazareth
Époque byzantine
Les Mamelouks
L’empire Ottoman
Le siècle dernier