La cathédrale croisée : les fouilles

Les études et les fouilles qui mirent au jour les ruines de l’église croisée commencèrent par hasard en 1892 lorsque Frère Benedict Vlaminck dessina le plan des vestiges médiévaux encore visibles. Arrivé à Nazareth en 1889, le père Prosper Viaud, intrigué par les découvertes réalisées par Vlaminck, se mit à réaliser des fouilles et à documenter les anciens vestiges à l’intérieur du couvent franciscain et de l’église de l’Annonciation. En 1910, il publia un ouvrage constituant le premier recueil méthodique des vestiges de l’église croisée byzantine, accompagné du plan définitif des découvertes et des plans des sections. L’étude mit en évidence toute la richesse de la basilique, y compris en termes de mobiliers, depuis la découverte des cinq chapiteaux et l’histoire des apôtres savamment sculptés par des artistes croisés, protégés dans une grotte et oubliés pendant de nombreux siècles.

Lorsqu’il fut décidé de reconstruire l’église franciscaine, le Custode Giacinto Faccio choisit de nommer le père Bellarmino Bagatti pour diriger les fouilles archéologiques sur le site dégagé des démolitions nécessaires pour reconstruire le sanctuaire. Les fouilles ont été réalisées en 1955, s’ensuivirent des sondages occasionnels effectués jusqu’en 1966. Les informations relatives à l’église croisée ont été rassemblées dans la deuxième publication du père Bagatti consacrée aux fouilles : la description des découvertes et le catalogage des éléments les plus importants furent accompagnés des plans du père Eugenio Alliata qui procéda à un réagencement des éléments architectoniques retrouvés, en évaluant leur éventuelle intégration à l’intérieur de l’édifice.

La richesse extraordinaire des décorations sculpturales ainsi que l’unicité des chapiteaux parfaitement conservés ont fait l’objet de nombreuses études ayant avancé plusieurs théories quant à l’origine des artistes et des sculpteurs français ayant participé à la construction croisée : on pensa notamment à Enlart, Deschamps et Borg. De même, pour l’utilisation des chapiteaux retrouvés dans une grotte en 1909, probablement jamais mis sur place et concernant le cycle iconographique qu’ils devaient représenter, plusieurs hypothèses ont été émises dont par exemple la participation de Viaud, Bagatti, Jacoby et Folda.