Saint Joseph

À environ cent mètres au nord-est de la Basilique de l’Annonciation, après les jardins, se trouve l’église de Saint-Joseph, appelée également « église de la Nutrition ». Les premiers pèlerins mentionnent uniquement deux églises à Nazareth, celle de l’Annonciation et celle dédiée à l’Archange Gabriel, près de la Fontaine de la Vierge. Ce n’est qu’en 670 que le pèlerin Arculfe vit une église appelée église de la Nutrition et construite « sur deux arcs à l’endroit où se trouvait autrefois la maison dans laquelle notre Seigneur, notre Sauveur, fut nourri ».

En 1620, le père François Quaresme parle d’une église qu’il interpréta comme étant la « maison-atelier » de Saint Joseph. Il semblerait que Quaresme ait mal interprété le nom que les arabes donnaient à ce lieu : il ne s’agissait pas d’un atelier mais d’un caravansérail (dukan). Quaresme vit une « maison de campagne », qui passa entre les mains des Franciscains seulement en 1754. La maison avait été réalisée à partir des murs d’une église croisée et devint une petite chapelle avant d’être restaurée en 1858. L’édifice fut acheté par le père gardien de Nazareth, Angelo de Mirandola, pour la somme de 30 plaques ; pour marquer cette prise de possession, une messe fut célébrée le lendemain à l’intérieur de la maison.

Les autres terrains environnants devinrent propriété des franciscains en 1890 et le père Viaud put ainsi dessiner le premier plan comprenant les restes de l’église croisée. En 1892, avant le début de la reconstruction de l’église, les fouilles archéologiques commencèrent.

Les travaux de la nouvelle église furent achevés en 1914. Celle-ci était entièrement réalisée en style romano-croisé et a réutilisé les fondements médiévaux. Le sol de la nef centrale a été spécifiquement surélevé pour obtenir l’espace nécessaire pour l’aménagement de la crypte abritant les grottes souterraines et la cuve en mosaïques.