Le mont du Précipice

L’évangéliste Luc nous raconte qu’après avoir adressé son sermon à la synagogue de Nazareth, Jésus fut conduit par ses concitoyens vers un précipice pour le jeter dans le vide (Lc 4, 29). Sur le plan géographique, la tradition médiévale situe ce passage au sommet d’un mont haut de 397 mètres, situé à environ 2 km au sud-est de Nazareth. En arabe, ce mont s’appelle « Jebel el-Qaftze » et en hébreu « Har Ha-Qfitza ».

Une communauté de moines érigea à cet endroit un monastère dédié à la Vierge Marie, mentionné dans le rapport intitulé « Commemoratorium de casis Dei », à savoir la liste des monastères ordonnée par Charlemagne en 808.

Les nombreuses grottes naturelles qui forment le paysage furent transformées, entre l’époque byzantine et l’époque arabe, en lieux de prière et d’ascétisme pour les moines. Il reste encore des traces de deux ermitages ou « laures » rocheux, creusés dans la roche, le long de la pente la plus escarpée. Quant à l’ancien monastère, celui-ci a conservé des restes de graffitis sur la roche, d’un autel et de fragments de céramiques datant de l’époque byzantine.

Ce mont abrite des grottes qui furent utilisées par l’Homme il y a environ cent mille ans : dans les années 1930, on y découvrit des restes de squelettes d’un homme et d’un enfant qui auraient vécu il y a 100 mille ans.

Ce lieu fut appelé par les croisés le « Saltus Domini », le saut du Seigneur. Les pèlerins Burchard de Mont Sion en 1283 et Jacques de Vérone en 1335 rappellent le grand saut qu’y fit Jésus pour échapper à ses concitoyens : ces récits se basent sur la tradition apocryphe qui raconte comment le Christ, après avoir été conduit au sommet du mont pour être jeté dans le vide, fit un grand saut et sortit indemne de cet épisode.

Il est aujourd’hui difficile d’accéder aux grottes qui peuvent uniquement se voir lorsqu’on monte depuis la plaine d’Esdrelon en direction de Nazareth le long du pont surélevé. Depuis cet endroit, au niveau de l’entrée du tunnel, les grottes apparaissent l’une face à l’autre.

En 2009, sur ce mont a été aménagé un amphithéâtre naturel qui a accueilli les célébrations organisées à l’occasion de la visite du pape Benoît XVI en pèlerinage en Terre Sainte.